Tu es noir mon fils ...

Mon fils a treize ans ...

L'âge où normalement ses préoccupations devraient se résumer au collège, les copains, le foot et le début des amourettes !


Mon fils a 13 ans...

Durement et frontalement, j'ai dû lui parler de racisme !


Mon fils a treize ans ...

Durement et frontalement, j'ai dû lui dire que le fait d'être un garçon noir allait lui valoir beaucoup de désagréments !


Mon fils a treize ans ...

Durement et frontalement, à l'âge où la plupart des adolescents sont insouciants, mon fils a subi il y a quelques jours son premier contrôle d'identité par des agents de Police !!!


Je me suis retrouvée impuissante quand j'ai appris cet événement qui l'a marqué depuis ...


Je dis premier parce que je suis bien consciente que mon fils connaîtra bien d'autres "contrôles"!


Mon fils a treize ans et même si sa stature se rapproche de jour en jour à celle d'un homme, il n'en reste pas moins encore un enfant !


Mon fils a treize ans ...

Durement et frontalement, j'ai dû dire à mon fils que cet événement qu'il a vécu d'autres adolescents ne le connaîtront jamais... ni au cours de leurs vies d’adolescents, ni au cours de leurs vies d'adultes ... contrairement à lui !


Pourquoi ???


Parce que mon fils est noir !


***

A l'heure où j'avais commencé la rédaction de cet article, le bad buzz de la célèbre marque de prêt-à-porter n'avait pas surgit ... mais voilà encore un bad buzz qui prend (encore) tout son sens et qui image parfaitement mes propos contenus dans mon billet :


La déshumanisation des corps et le racisme quotidien que vivent les femmes et les hommes noir.e.s en France et ailleurs.


Cette déshumanisation est omniprésente dans l'esprit collectif ce qui vaut par exemple :


- à ce que les personnes noires soient comparées allègrement à des primates ;

- à ce que les cheveux des femmes noires associés à une crinière de lionne (les lionnes n'ont pas de crinières...) on ne compte plus les articles de presse qui les décrivent ainsi ;

- "l'angry black woman" c'est à dire la femme noire à fort caractère et toujours en colère ;

- à ce que qu'on touche allègrement les cheveux des personnes noires qu'elles soient adultes ou enfants dans l'espace public ! (la dernière fois où cela m'est arrivée c'était au Festival WE LOVE GREEN 2017, un homme a touché mes cheveux) !


Les corps des personnes noires ne sont jamais respectés.


Cette déshumanisation s'opère également dans la manière dont est traitée médiatiquement la situation des personnes migrantes qui trouvent la mort en Méditerranée (photos, vidéos).


Egalement, la situation de la mise en esclavage et la vente d'êtres humains révélées en Libye récemment où des photos et des reportages où ont été exposés des corps noirs sans préserver l'anonymat ...


On s'habitue à voir des corps noirs maltraités, meurtris, en souffrance constamment !


***


Sur ce visuel, tandis que le petit garçon noir "est le singe le plus cool de la jungle" (noter que c'est bien d'être cool, c'est déjà cela), le petit garçon blanc incarne la survie, la domination et l'expertise !


Ce choix n'est pas fortuit ... car sur ce visuel ... c'est bien le garçon noir qui est le singe et non le petit garçon blanc.


La déshumanisation des corps noirs c'est arriver de considérer flatteur de décrire une femme noire comme une : panthère, une lionne, une gazelle ou même une tigresse et les hommes noirs au colosse, à la bête, au gorille !


Tous ces qualificatifs, toutes ces comparaisons avec des animaux ont perpétré et fortement contribué à la négation de l'humanité des personnes noires...


Si bien qu'encore aujourd'hui cette déshumanisation contribue et perpétue la libre circulation de clichés et de stéréotypes héritage de la période esclavagiste et coloniale !


Durant la période esclavagiste et coloniale, l'humanité des populations mises en esclavage et ensuite colonisées leur était refusée.


Durant l'esclavage les personnes exploitées ne pouvaient prendre aucune décision, elles étaient soumises à l'autorité de leurs propriétaires, ensuite pendant la période coloniale les peuples colons prenaient toutes décisions politiques et sociales sur les peuples colonisés.


Aux Etats-Unis, il a fallu une lutte pour les droits civiques qui mette fin à la ségrégation dont la population noire était soumise depuis l'abolition de l'esclavage et qu'elle puisse accéder, entre autre, par exemple au droit de vote, fréquenter les mêmes écoles que la population blanche ... !


Partout où il y a eu des colonies, ces situations d'ostracisation du peuple colonisé s'est exercée : Afrique du Sud, Australie, USA ...


Ne pas considérer les personnes noires comme humaines voire plus proches des animaux a permis toutes les exactions que l'on connait à leur égard : exil forcé, déracinement, commercialisation de leur corps et de leur force de travail, travail forcé, viols, tortures, meurtres, ségrégation, apartheid ...


En 2018, les personnes noires se voient toujours à réclamer LEUR HUMANITÉ, il n'est pas rare de voir par exemple Serena WILLIAMS comparée à une bête, Rihanna a une tigresse ou Beyoncé à une lionne dans la presse !


source ELLE.fr mis à jour 4.08.2017

source aufeminin.com