AMOUR, BIENVEILLANCE & SECURITE EMOTIONNELLE

January 16, 2020

 

 

"Plus je vieillis et plus je trouve que l'on ne peut vivre qu'avec les êtres qui vous libèrent et vous aiment d'une affection aussi légère qu'à porter que forte à approuver.

La vie d’aujourd’hui est trop dure, trop amère, trop anémiante, pour qu’on subisse encore de nouvelles servitudes, venues de qui on aime.

À la fin, on mourrait de chagrin, littéralement.

Et il faut que nous vivions, que nous trouvions les mots, l’élan, la réflexion qui fondent une joie, la joie.

Mais c’est ainsi que je suis votre ami, j’aime votre bonheur, votre liberté, votre aventure en un mot, et je voudrais être pour vous le compagnon dont on est sûr, toujours." Albert CAMUS à René CHAR

 

J'ai relu cet extrait de lettre D'Albert CAMUS à René CHAR plusieurs fois ces dernières semaines.

Plusieurs fois, pour qu'à mesure de le lire, il est devenu vrai et que j'en ressente la véritable teneur.

Depuis des années, c'est ce que je recherche dans les relations que j'entretiens avec les autres.

Je suis bien consciente que cela peut-être compliqué de trouver cette plénitude, cette légèreté, cette liberté car nous êtres humain.e.s sommes sujet.t.e.s à toutes sortes de variations provenant de nos relations, de notre passé, de notre enfance, de nos traumas et de nos vies quotidiennes qui ne nous épargnent pas !

 

Pour autant, je rêve de ce bonheur, de cette liberté et de cette aventure dans lesquels toutes les personnes qui s'y engagent le font pleinement et bien entendu, moi, la première.

 

L'AMOUR, l'AFFECTION, l’AMITIE symbolisent la liberté d'être soi.

 

Si, je ne peux pas être authentiquement moi avec les personnes que j'aime ou qui disent m'aimer alors je ne suis pas dans une relation d'Amour.

 

Je conçois que l'Amour c'est faire un pas vers l'autre, aller à sa RENCONTRE dans ses plus beaux atours mais aussi dans ses plus mauvais attraits, parfois par conséquent mal le.la comprendre, mais pour autant toujours l'écouter et lui donner l'opportunité de s'exprimer et de l'entendre.

 

Avec les traumas traversés dans mon passé (viol, inceste et violence conjugale), je me suis attachée depuis plusieurs années à refuser toutes connexions ou toutes relations où régnerait le contrôle, la manipulation, la minimisation de mon vécu et de mon expérience, la condescendance et la violence qu'elle soit économique, physique, sexuelle et/ou psychologique.

 

Force est de constater que même en ne voulant plus m'engager, et ce consciemment, dans ce type de relations, elles venaient tout de même à moi, ce qui a pour effet de provoquer des drames et la rechute vers la dépression.

 

Aujourd'hui, je me responsabilise et je reconnais être aussi l'auteure de ces mécanismes et l'auteure de la reproduction de ces patterns destructeurs.

La répétition de ces schémas indiquent que je ne suis pas guérie !

 

Malgré ma carapace et mes mécanismes de défense que je crois suffisamment performants pour me protéger, je retombe inlassablement vers le même type de relations où je rendosse le costume de "victime".

Ces derniers mois grâce à la lecture du livre écrit par Bessel Van Der Kolk "Le corps n'oublie rien", j'ai vraiment saisi ce que peuvent faire les traumas au cerveau des personnes qui ont été traumatisées et comment les schémas de protection et de construction sont féroces et tenaces.

 

Je suis consciente que je ne suis pas la seule personne sur Terre a avoir vécu des traumas (sévices, violence physique, enfance traumatique), pour autant je suis une personne unique et en ayant connaissance de ce fait, je reconnais qu'une autre personne que moi peut être traumatisée.

Nous avons chacun.e nos blessures héritées le plus souvent de l'enfance et/ou de nos relations avec nos parents, des blessures nées à la suite d'une agression qu'elle soit physique ou sexuelle, ou d'un événement traumatique (accident, attentat, guerre, exil, deuil) ...

 

Je reconnais également que nous sommes tout.e.s égaux et égales face à la douleur que peuvent provoquer en nous ces expériences et qu'elles ne peuvent guérir qu'en étant dites, qu'en étant accueillies par des personnes bienveillantes et aimantes.

 

Sans la compassion, l'accompagnement, l'acceptation et la bienveillance les traumas persistent et ressuscitent dans nos vies actuelles même si ils se sont déroulés des années auparavant.

 

J'ai longtemps été en quête d'Amour.

Pendant cette quête, et malheureusement pour moi, il m'est arrivé de me tromper, de me faire du mal et de commettre des erreurs.

Trop souvent, comme nous sommes des êtres sociaux et donc conditionné.e.s, nous nous lançons dans cette quête où ce sont les habitudes, les conventions, le statut social et familial qui priment et non notre sécurité émotionnelle et notre estime de soi.

 

On s'oublie, on se trahit ...

Mais notre esprit est plus fort que les décisions justes que nous pensons prendre.

Il est notre protecteur et nous envoie des warnings (triggers) dont je parlais dans un précédent article pour nous rappeler que peut-être nous n'empruntons pas le bon chemin et c'est là que notre pouvoir décisionnaire rentre en compte et que l'on choisit.

On choisit la vie que l'on mène.

On choisit le chemin de l'Amour, de l'Acceptation, l'Empathie et de la Compassion.

 

Tout autant on choisit de se taire et de se mentir à soi.

On choisit la Souffrance.

On choisit la Violence.

 

Ces dynamiques et j'en suis désormais persuadée conduisent à des violences, à des désillusions pouvant aller jusqu'à la dépression, à l'usage de drogues et à la trahison de soi-même et de l'autre.

 

Ces derniers mois, j'ai compris qu'au-delà d'aller à la rencontre de l'autre c'est avant tout et d'abord une rencontre avec soi.

Une rencontre de ses propres attentes, de ses propres aspirations, de ses propres fantasmes, de ses propres désirs et de ses propres projets.

 

Et on rencontre l'autre qui est soit notre ami.e ou notre amant.e qui nous accompagne, nous soutient, nous écoute sur ce chemin qu'est l'amour et la bienveillance.

 

En prenant mon dictionnaire, j'ai cherché la définition des mots compagne et compagnon et j'ai trouvé cette définition qui me plait énormément : un compagnon/une compagne désigne les personnes qui partagent une même activité, un même intérêt et un même idéal !

 

Quand j'ai lu cette définition, je me suis rassurée et je me suis dit qu'au fond de moi je suis en accord avec moi-même et que c'est ce que je recherche en l'autre ... pas pour que nous soyons identiques, mais pour que nous nous complétions en personne chacune déjà totalement complète.

 

C'est le 1 + 1 = 3 et non 1 + 1 = 1 !

 

L'amour c'est indéniablement la liberté !

Si je ne peux pas être MOI dans les relations que j'entretiens avec les autres, je ne suis pas en mesure d'exprimer qui je suis et notamment mon identité, ma nature, ma liberté et ma vulnérabilité !

 

Si je ne me respecte pas  .... comment puis-je respecter l'autre ?

 

C'est à peut près là que la sécurité émotionnelle rentre en compte !

 

 

 

 

SÉCURITÉ ÉMOTIONNELLE :

 

La sécurité émotionnelle est nécessaire pour entretenir des relations saines.
Parfois naïvement on se demande comment et pourquoi certaines relations durent.
De récentes recherches en neurobiologie menées notamment par Stephen PORGES ont démontré que la sécurité émotionnelle est un aspect important de la satisfaction dans les relations qu’elles soient affectives, sentimentales ou amicales.
Il a été prouvé que plus on se sent en sécurité dans une relation plus on s’y épanouit (logique).


Quand le corps et l’esprit expérimentent la sécurité les individus sont plus enclin.e.s à collaborer, écouter et à être empathique.
Au contraire, lorsque l’on se sent en danger on cherche à se protéger de l’autre, à prévenir ses attaques et donc de se mettre  à produire tout un tas de comportements nocifs et aller vers une relation aux dynamiques toxiques pour l'un.e comme pour l'autre des partenaires.


Comment créer un lieu sûr et sécurisé dans nos relations ?

- communiquer;
- pratiquer l’acceptation de l’autre;
- apprendre et s’enrichir des différences de l’autre;
- accepter de ne pas être toujours d’accord;
- pratiquer l’écoute;
- se rendre disponible et exprimer quand on ne l’est pas et repousser les discussions difficiles;
- exprimer l’Amour dans les formes qui nous correspondent le mieux;

- prendre soin de soi (activités personnelles, sport, bien-être mental ...).


Plus on se sent safe, plus on peut être vulnérable et authentique et plus l'autre nous voit tel.l.e que l'on est vraiment.
Se sentir en danger dans une relation mène à s’adonner à des comportements qui peuvent venir entacher la confiance, dissimuler certains faits ou traits de sa personnalité et dans les couples la vie sexuelle et l'intimité peuvent en être affectées.


La sécurité émotionnelle nous donne envie d’aller vers l’autre, de partager ses idées et ressentir de la compassion et de l’empathie.
Plus nous comprenons que notre corps et notre esprit jouent un rôle actif dans nos relations plus nous sommes disposé.e.s à les faire collaborer POUR NOUS, non contre nous et donc contre l'autre !

 

***

 

 

 

Comme le disait James BALDWIN " L'amour ne commence ni ne finit comme nous le croyons. L'amour est une bataille, l'amour est une guerre, l'amour grandit."

 

Pour vouloir et vivre l'amour, il est nécessaire de le vouloir et d'accepter qu'il demande un total engagement.

 

Il est nécessaire d'être conscient.e qu'il existe des dynamiques qui ne sont pas propices à ce que l'Amour puisse naître, mûrir et perdurer.

 

L'Amour suppose d'avoir la volonté d'aider l'autre mais sans jamais à avoir à le lui reprocher ; sans quoi c'est de la manipulation !

 

L'Amour c'est être accompagné.e d'une personne qui te permet d'être tel.l.e que tu es et pas une autre personne.

 

L'Amour s'entretient et encore plus dans les moments difficiles et les épreuves.

 

L'Amour suppose que l'on s'aime et que l'on connait ce qu'est d'être seul.e pour avoir cultivé sa propre solitude et d'être suffisamment indépendant.e pour fonctionner sans l'autre (co-dépendance).

Cela sous-entend de se connaitre, connaitre son "propre bruit intérieur" et cultiver son soi.

 

L'Amour c'est vouloir la même chose ET tout en acceptant que l'on peut avoir des visions différentes pour l'atteindre POURVU qu'un dialogue sain et équilibré puisse être possible et dénué de dynamiques de chantage affectif, de menaces et de violences.

 

Je crois bien que j'ai de nouveau rendez-vous avec l'AMOUR !

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

CONTACTER 

DAY BY AUDREY

Day by Audrey