CALL ME BY YOUR NAME ...





J'avais rédigé un autre article que j'avais prévu de publier pour la Saint Valentin.


Pas que cette "fête" ait une grande importance pour moi, mais tout simplement qu'il est difficile d'en échapper tant la publicité faite autour de cette célébration est importante.


Et, comme je le disais dans mon article de l'année dernière, il n'y a pas de mal à célébrer l'Amour ...


Du coup, je diffère la publication que je prévoyais initialement pour vous parler du film "Call me by your name" que j'ai regardé hier soir.

C'est typiquement le genre de film que j'aime et que j'adore.

Il fait un très beau film de Saint Valentin.e.



CALL ME BY YOUR NAME :


Je dois avouer que j'affectionne la dramaturgie autour des histoires d'amour et encore plus quand elle concerne des personnes Queer ou appartenant à la communauté LGBTQIA++.


"Call me by your name" est l'adaptation cinématographique du roman d'André ACIMAN qui aborde l'histoire sentimentale et amoureuse entre Oliver et Elio qui prend naissance durant un été des années 80 en Italie.


Je n'ai pas lu encore le livre mais pendant le visionnage du film, je l'ai commandé car j'ai eu de suite envie de me rendre compte de quel contenu est né ce film.


J'ai trouvé le film excessivement beau et poétique, les actrices et acteurs dans des rôles de composition très justes et non surjoués, et un naturel et une bienveillance que je recherche dans tous les films et séries que je regarde et dont je n'arrive pas à me détacher.


Pour resituer le film : cela se passe dans un milieu de catégorie sociale élevée, privilégiée et éduquée.


Ce qui est appréciable c'est que ce film à tout du film de vacances retraçant la fin de l'adolescence et l'entrée dans l'âge adulte par la découverte amoureuse et sexuelle.

On assiste à l'éveil amoureux dans toute sa complexité et son éventail.

Durant le film, le mot "homosexualité" n'est pas abordé, si bien que l'on s'en tient simplement à la relation d'amour qu'entretiennent les personnages entre eux.

Puis, comme les "choses" ne sont pas nommées, nous participons à un coming-out qui ne se fait ni dans la violence, ni dans le rejet, ni dans les pleurs et les cris mais plutôt dans l'accompagnement, la compréhension et la bienveillance.


Il règne une atmosphère qui nous enveloppe de tendresse et nous encourage à vivre la même chose pour nous.

Cette atmosphère est renforcée par le fait que le film contient des scènes hautement romantiques qui, je dois dire, m'ont beaucoup parlée et émue.


J'ai adoré ce film car même si son côté "romantico-dramatique" alimente "les amours impossibles" et que son côté édulcoré nous éloigne de notre réalité, il fait cependant naître l'espoir et la perspective que l'Amour, même s'il dure peu de temps, est possible et qu'il reste inoubliable pour les personnes qui le vivent.


J'ai toujours eu un faible pour les histoires d'amour entre hommes.

Je les trouve touchantes par l'abandon dans lequel les hommes peuvent s'adonner à l'Amour entre eux.

Cela me touche énormément et j'aimerais en être la témoin plus souvent dans ma vie quotidienne : de cet Amour, de cet Abandon, de ce Don ...


J'avais, pour les mêmes raisons, beaucoup aimé la nouvelle "Le Secret de Brokeback Mountain" d'Annie PROULX qui a été adaptée au cinéma par Ang LEE en 2005.


Ces livres et mêmes ces films viennent casser cette masculinité toxique et dominatrice dont nos sociétés sont larvées et permettent d'envisager que d'autres rapports, d'autres relations existent (toute proportion gardée).





PLEASE ! CALL ME BY YOUR NAME


Le visionnage de ce film m'a aussi bien entendu fait beaucoup pensé au fait que cela peut être difficile pour les personnes Queer et appartenant à la communauté LGBTQIA++ d'entretenir des relations amoureuses ou sentimentales sans qu'elles soient soumises au regard des autres.


Ces autres qui rendent pathologiques les attirances et la sexualité.

Ces autres qui discutent des identités.

Ces autres qui décident qui peut être parent ou non.

Ces autres qui criminalisent les histoires.

Ces autres qui exotisent les récits.

Ces autres qui légifèrent sur les corps.

Ces autres qui ajoutent la violence et le rejet qui ne permettent pas de vivre des amours sains, heureux et sereins.



QUELQUES RÉFÉRENCES DE FILMS/SÉRIES/LIVRES LGBTQIA++ (liste non exhaustive)


James BALDWIN

Roxane GAY

La série POSE produite par Janet MOCK

La nouvelle LE SECRET DE BROKEBACK MOUNTAIN d'Annie PROULX et adaptée par Ang LEE

Le roman LA COULEUR POURPRE d'Alice WALKER et adapté par Steven SPIELBERG

L'autrice Audre LORDE

Le film MARGARITA WITH A STRAW

La série GYPSY

La série TOI MOI ELLE

Le film BELOW HER MOUTH

Le film CAROL

La filmographie de Xavier DOLAN

Le film MOONLIGHT de Barry JENKINS

Le film HOLDING THE MAN tiré d'une histoire vraie

Les romans de Sarah WATERS dont les héroïnes sont des lesbiennes

Le film sur Bessie SMITH avec Queen LATIFAH

La série LES DEMOISELLES DU TELEPHONE

The SINNER saison 2

La série SEX EDUCATION

La série ORANGE IS THE NEW BLACK

La série SPECIAL avec un focus sur la question du handicap

La série BONDING avec la question des travailleurs.ses du sexe

La série SENSE 8

La série GENTLEMAN JACK

La série THE BISEXUAL

La série GREY'S ANATOMY

Le film PARIAH de Dee REES


La plupart de ces références font, bien évidemment pour certaines, partie de la culture mainstream, mais elles ont la qualité d'aborder la question Queer et LGBTQIAA+ que l'on voit rarement abordée.

CONTACTER 

DAY BY AUDREY

Day by Audrey