Reparenting my inner CHILD !


Il m'arrive souvent de me demander ce que j'aurais aimé que mes parents me donnent, m'apportent, m'apprennent ou m'initient.

Quand je me laisse aller à ces pensées, il y a beaucoup de moments où je ressens de la colère et de la tristesse.

Je leur en veux énormément de m'avoir laissée si blessée et si peu armée contre le monde extérieur.

Je leur en veux de m'avoir fait du mal que se soit physiquement, mentalement et moralement.

Je leur en veux de m'avoir laissée avec des blessures et que j'en sois la seule en charge de soigner maintenant.

Je leur en veux d'avoir pris le risque de me voir un jour devenir parent avec l'éventualité qu'à mon tour, je reproduise ce que j'avais vécu pendant mon enfance et mon adolescence, sur mes enfants.


La partie plus réaliste de mon être sait que je suis armée pour toutes les épreuves, mais aussi tous les bonheurs qui parcourent ma vie.

Seulement, l'enfant en moi demande du soin, de l'amour et de la sécurité... tout ce qu'elle n'a pas reçu en son temps.


Je tente alors aujourd'hui de m'affranchir de mon passé et de me "reparenter" là où mes parents, qui pourtant avaient cette tâche, ne l'ont pas fait.


INNER CHILD :

Cette année, cette période de confinement m'a littéralement renvoyée à l'époque de mon enfance où j'étais enfermée dans ma chambre sans perspective de liberté.

J'ai alors développé pendant mon enfance et ensuite pendant mon adolescence, un amour pour la lecture, les films et la musique.

Si bien que malgré moi, je suis devenue une cinéphile, une mélomane et une dévoreuse de romans et essais littéraires.

La lecture, le cinéma et la musique m'ont permis d'échapper à la réalité que je vivais alors.

Une réalité à peine supportable.

L'intérêt que je mettais dans mes centres d'intérêts me permettait d'envisager mon monde d'après.


Cette période de confinement m'a permis de redéfinir ce que pouvait être pour moi la sécurité.

Mon foyer n'a jamais été un endroit sécurisant.

Au contraire, la sécurité je la trouvais quand j'allais à l'école ou bien dans les livres, les films et la musique dans lesquels je m'échappais.

Je suis bien consciente aujourd'hui que pour des personnes leurs foyers ne sont pas des endroits refuge en raison des situations de violence, d'harcèlement, de précarité qu'iels peuvent connaitre.

Je suis également aussi consciente que nous n'avons pas tout.e.s grandi.e.s dans des foyers dysfoncitionnels.

Je ne fais pas de mon cas une généralité mais par mon expérience, j'en valide l'existence.


Devenue adulte, j'ai longtemps cherché la sécurité pour ne pas avoir été initiée par mes parents à cet état.

Je pense que j'attendais, comme chaque enfant, qu'iels me l'apportent et me montrent à quoi cela ressemble d'être aimée, choyée et protégée de ses parents.


N'ayant pas été initiée à cet état de sécurité et donc abandonnée par mes parents, j'ai cherché la sécurité dans des relations, dans des personnes, dans des endroits et/ou en me mettant en danger.


Cela a été un long parcours, éprouvant, humiliant, triste et blessant.

Je l'ai longtemps cherché sans m'apercevoir durant toutes ces années que la sécurité vivait en moi !

Devenue une adulte, c'était donc à moi de définir et sculpter les contours de MA SECURITE !


Depuis quelques semaines, j'expérimente ma sécurité, celle qui m'appartient, celle que je dessine, celle qui me ressemble.

Cela a commencé par un voyage à l'étranger seule pendant une quinzaine de jours.

Quinze jours durant lesquels, je n'avais en charge que ma propre personne et ma propre sécurité.

Cette expérience a été fondatrice de ma détermination à prendre confiance en moi, donner de la valeur à ce que je ressens et à la personne que je suis et surtout prendre soin de moi et de mon enfant intérieure, dès qu'elle en exprime le besoin.





REPARENTING :

Lorsque j'étais nourrisson, ensuite enfant, puis adolescente, je dépendais de mes parents car c'était à elleux qu'incombaient la tâche de m'apporter l'amour, la sécurité, la compréhension, la validation, le soutien l'acceptation et le soin.

Malheureusement, mes parents ont failli à cette tâche durant toute la durée de mon enfance et adolescence en ayant maintenu un climat familial physiquement et émotionnellement violent.

Iels n'ont pas été à mon écoute en ne me prodiguant pas les soins dont j'avais besoin.

Cette situation a eu pour conséquence que mon enfant intérieure a été blessée et abandonnée, dans la mesure où aucun de ses besoins n'aient été parentés.


Chaque personne possède en elle un "enfant intérieur" qui est façonné par nos expériences et ce que l'on a vécu pendant l'enfance.

Les expériences traumatiques et douloureuses peuvent laisser l'enfant intérieur.e blessé.e.

Ces blessures, une fois adulte, ont une incidence sur le comportement.

Cette partie intérieure de soi a une grande influence sur ce que nous sommes et ce que l'on devient, mais aussi sur la manière dont on se comporte.


J'ai fait une liste des comportements que j'ai développés qui peuvent être le signe d'une enfant intérieure blessée :


- évitement des situations conflictuelles;

- des difficultés à commencer ou exécuter certaines tâches;

- avoir de l'appréhension et de l'anxiété à commencer quelque chose de nouveau;

- des difficultés à me séparer d'objets et/ou de relations;

- me sentir coupable d'exprimer un besoin, une envie, une demande;

- avoir très peur de l'abandon et avoir peur de nouer des relations sociales, amicales ou amoureuses;

- contrôle de l'image que je renvoie aux autres et perfectionnisme;

- anxiété;

- auto-sabotage.


J'ai grandi dans un environnement familial dans lequel mes parents n'étaient pas disponibles pour moi que ce soit émotionnellement, que physiquement.

J'ai grandi auprès d'un parent malveillant, violent et agresseur et où l'autre parent a assisté et n'est pas venu me secourir et m’extirper des situations de violences répétées.

J'ai grandi dans l'humiliation et dans l'idée que je ne valais pas grand chose et que je ne méritais pas que l'on s'attarde sur moi.

J'ai grandi en ne pouvant pas définir où se trouvent mes limites car j'ai été abusée, battue, punie ce qui a provoqué que je développe une grande résistance à la violence qu'elle soit morale, émotionnelle ou physique.

Enfin, j'ai grandi avec une certaine défiance envers des autres, car j'évoluais auprès de personnes qui devaient m'apporter de l'amour et qui au contraire me faisaient du mal.

Par conséquent, j'ai eu beaucoup de mal à définir ce qu'est une relation humaine (amicale, sentimentale, sexuelle) saine.


Ces situations m'ont laissée avec un syndrome du stress post traumatique (SSPT*), mais aussi avec une recherche constante de réparation qui viendrait de toutes situations ou personnes extérieures et non de moi-même.

Je cherchais des figures extérieures pour me parenter ... des personnes qui prendraient à leur charge la tâche non prise par mes parents.

J'étais immature.

Je ne savais pas à ce moment là que mon enfant intérieure avait besoin d'être reparentée par MOI !


Je ne peux pas retourner au temps de mon enfance.

Par contre, ce que je peux faire aujourd'hui c'est me donner tout l'amour, l'attention, le soin, la sécurité que j'aurais été en droit de recevoir enfant.


Je dois apprendre à être mon propre parent, mon propre soutien, mon propre refuge ... ma propre maison !


Que ce soit moi ou tout.e.s les autres enfants du monde, nous avons la nécessité que nous soit enseigné par nos parents ou toute personne en charge de notre sécurité, la manière de prendre soin de soi-même et par extension soin des autres :


- Amour et respect : les parents doivent apprendre à leurs enfants comment prendre soin d'elleux, apprendre que leur souhaits et limites soient entendus et respectés, mais aussi celles des autres.

Apprendre à être compréhensif.ve.s et compatissant.e.s envers soi-même et les autres.


Quand ces valeurs d'amour et de respect ne sont pas enseignées par les parents, l'enfant devenu.e adulte aura du mal à se témoigner de l'amour et du respect.

Iel pourra se mettre dans des situations dans lesquelles iel peut blesser les autres.


- Croyance et confiance en soi : ces valeurs s'enseignent avec le temps et dans lesquelles les parents insufflent à leurs enfants le courage de se lancer dans le monde.

Avoir suffisamment de confiance et de croyance en soi, pour leur faire comprendre qu'iels échouent ou qu'iels réussissent, il est nécessaire de toujours croire en soi.

Ne pas avoir grandi avec ses valeurs peut donner des adultes craintif.ve.s, ayant des difficultés à prendre des décisions et à s'affirmer mais aussi des personnes qui ont tellement peur d'échouer ont peur de prendre des décisions.


- Gestion émotionnelle : c'est essentiel que les parents apprennent à leurs enfants la gestion émotionnelle.

La gestion émotionnelle s'apprend en regardant faire les autres..

Si des adultes sont gouvernés par leurs émotions et sont incapables de répondre de manière appropriée aux stimuli émotionnels, cela laissera les enfants complètement perdu.es face l'attitude à adopter selon certaines situations et d'avoir des comportements inappropriés (sans réaction, trop impulsif.ve, absent.e, abandonnique ...).


- Communication : les parents doivent apprendre à leurs enfants à écouter, à être attentif.ve.s à la communication verbale et non-verbale afin de répondre avec authenticité, sensibilité et écoute. Lorsque les enfants n'apprennent pas à écouter les autres, iels peuvent devenir des adultes incapables d'entretenir des relations sans difficultés que ce soit au travail et ou dans leur vie sociale.

Former des relations profondes et durables devient extrêmement difficile lorsque les compétences de communication n'ont pas été acquises pendant l'enfance.




REPARENTING MY INNER CHILD

Reparenter mon enfant intérieure c'est lui donner la place à chaque fois qu'elle en fait la demande.

D'écouter ce qu'elle a à me dire.

Valider les émotions qu'elle met en évidence (les émotions sont des informatrices / j'apprends à les reconnaître / je les écoute et j'apprends à les comprendre).

Etre mon propre parent.


Comment :


- me parler avec gentillesse et avec des affirmations positives;

- pratiquer la pleine conscience pour rester connectée au moment présent;

- me dire que je m'aime;

- me récompenser chaque jour;

- me créer des bons souvenirs et de nouvelles routines;

- me parler à moi-même pour m'aider à prendre des décisions;

- noter et célébrer tout ce que j'accomplis;

- m'accorder le sommeil et le repos


En me reparentant, je trouve en moi une alliée puissante qui restera toujours avec moi car elle vit en moi !



***






*Le syndrome de stress post-traumatique ou état de stress post-traumatique désigne l’ensemble des symptômes qui surgissent lorsque une personne a été confrontée à un événement tragique, soudain et traumatisant


Sources : "Le corps n'oublie rien" de Bessel Van der KOLK - "Méditer, 108 leçons de pleine conscience" de Jon KABAT ZINN - "The Inner Child Workbook (anglais) de Cathryn L. TAYLOR.


Ces trois spécialistes de santé mentale proposent dans certains de leurs travaux et écrits des méthodes pour reparenter l'enfant intérieur par des explications, par l'étude de cas, par des exercices personnels à faire afin de changer notre expérience du passé.




CONTACTER 

DAY BY AUDREY

Day by Audrey